24 juin 2013

Le Progrès – Oullins – « Créer une école de peintres muralistes était un challenge » – Vendredi 21 juin 2013

Oullins Peintres muralistes : la première année d’ÉCohlCité s’expose

« Créer une école de peintres muralistes était un challenge »

creer-une-ecole-de-peintres-muralistes-etait-un-challenge

Enseignement. Ce jeudi, ÉCohlCité fêtait la fin de sa première année d’existence au Parc Chabrières. Sur 34 étudiants, 30 poursuivent l’an prochain. Et une nouvelle promotion arrive en Septembre. Challenge réussi.

Au départ, il y avait un rêve : celui de la transmission d’un savoir-faire…

« Il a été difficile de monter cette école, parce qu’elle n’a pas de précédent », rappelait le co-directeur de CitéCréation, Gilbert Coudène, qui s’est rapproché de l’école Emile Cohl, pour fonder ce qui est encore, un an après son lancement, la seule école au monde formant de jeunes peintres muralistes : ÉCohlCité.

Un pari sur l’avenir, qui a pris vie et dont la preuve tangible de la réussite s’accrochait, ce jeudi soir,aux murs et sur les chevalets de la maison Arlès-Dufour, au cœur du Parc Chabrières. Grâce au concours financier des collectivités locales et publiques, grâce au mécénat privé, et grâce à l’enseignement dispensé par 14 professeurs, 30 étudiants passent en deuxième année, d’un cursus qui en compte trois et dont l’objectif est de former « non pas des artistes, mais des artisans peintres muralistes ».

Après une année de fondamentaux, les premiers travaux étaient exposés au regard des familles des élèves. Du dessin dans un cahier de croquis, jusqu’aux premières fresques de grande taille. « Manifestement, ces jeunes ont la foi. Ils ont été guidés avec rigueur, exigence et bienveillance. Ce qui est réussi, c’est de voir que la synthèse des enseignements de base se combine pour dire des choses au monde sur une façade. Je suis très impressionné par les fresques murales réalisées par ces étudiants. Leur marge de progression est importante. Ne lâchons rien », a promis Philippe Rivière, co-directeur d’ÉCohlCité.

 

Émilie Chaumet – Le Progrès